Gagner en productivité grâce au massage en entreprise

Acquis dans les grandes entreprises, les bénéfices de l'instauration du massage régulier au travail a désormais été évalué par de nombreuses études scientifiques. Les chiffres, pour ne parler d'eux, sont étonnants : 1 € investi dans un processus visant à développer davantage de bien être au sein d’une organisation, c’est de 3 à 15 € récupérés.

 

Soit investir 10 000 € par an dans le massage des collaborateurs revient à générer pour l’entreprise une augmentation du bénéfice de 20 000 à 140 000 € par an.


Les coûts du Stress

Le stress est le premier ennemi de l’entreprise. On estime le coût du stress des salariés, pour une entreprise de 10 salariés, à environ 40 000 € par an, 2 millions d’euros pour une entreprise de 500 salariés (source Cercle stress In. étude 2011), 3 milliards d’euros pour l’économie de la France en 2007 (source INRS), ces chiffres étant en augmentation chaque année.

Ces coûts ont plusieurs sources :

  •  Le coût de absentéisme :

Le rapport de l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail estimait le coût du stress en 2004 à 1,25 milliards de jours d’arrêt maladie par an en Europe dus aux effets du stress.

Ces arrêts maladie ont plusieurs motifs : burnout, dépression, troubles musculo-squelettiques, maladies induits par le stress. 50% des maladies professionnelles sont générées par le stress.

 

Les coûts directs pour l’entreprise de la maladie : maintiens de salaires éventuelles, hausse des cotisations URSSAF liées aux maladies professionnelles et accidents de travail, etc

 

Les coûts indirects : L' absentéisme génère immédiatement une baisse de productivité par l’absence de la personne, mais aussi une augmentation du stress des collaborateurs qui pallient cette absence en augmentant leur charge de travail, créant également plus ou moins durablement une baisse de leur propre productivité et ainsi de rentabilité de l’entreprise.

 

  • La baisse de productivité, au-delà même de ceux de absentéisme :

Le stress négatif inhibe les capacités intellectuelles de la personne, la rendant moins créative, moins efficace dans son raisonnement, moins apte à la concentration, plus lente dans son travail, moins collaborative, plus agressive avec les autres.

Le stress génère un effet de « tunnelisation » bien connu dans le domaine de l’aviation, où le sujet stressé voit ses options, sa capacité à accéder à ses connaissances, ses facultés d’analyse et de critique de la situation, réduites. Il se focalise sur une option choisie, et s’enfermera dans celle-ci jusqu’au bout, même si elle est inappropriée, voire néfaste.

 

Cette baisse des capacités de critique et d’analyse génère des difficultés relationnelles. Le sujet stressé aura des difficultés à se remettre en cause, ainsi à échanger et collaborer utilement avec ses collaborateurs. Il saura moins faire preuve de souplesse dans son raisonnement et dans sa capacité à élaborer une solution bénéfique et collaborative.

 

Il s’adaptera moins à de nouvelles situations ou modifications des directives qui lui sont données.

 

Il sera moins à l’écoute de ses collègues, plus agressifs et intolérant, tant avec sa hiérarchie, ses homologues et ses subordonnés.

 

Ceci a pour effet pervers de faire « boule de neige » en communiquant ou aggravant le stress de l’ensemble de l’équipe et par là-même à l’ensemble de la productivité et la qualité du climat social.

 

  • Le présentéisme dû au stress: 

75 à 80% des heures de travail seraient perdues du fait des retombées du présenteisme dans l’entreprise.

 

Qu'est-ce que le « présentéisme » ?: si le salarié est physiquement présent au travail, il est absent d’esprit. 

 

C’est le salarié qui va faire énormément d’heures supplémentaires non pertinentes car il ne parvient pas à ses concentrer efficacement dans un temps normal, ce qui va générer des revendications plus ou moins conscientes de reconnaissance financière de l’importance quantitative de son travail, générer des frustrations vis-à-vis de sa hiérarchie, un épuisement, un désengagement.

 

C’est aussi le salarié qui est démissionnaire moralement et se désinvestit complètement de son travail, mais ne passe pas à l’acte du départ. Son stress l’a progressivement conduit à penser qu’il n’y avait pas d’autres possibilités possibles pour lui que de s’accrocher à ce travail.

 

Ce type de situation conduit à faire peser sur l’entreprise le poids d’un salarié improductif, qui sera étanche à toute action managériale visant à modifier cet état de fait, contaminera l’ambiance générale chez ses collaborateurs en communiquant son désengagement et ses ressentiments vis-à-vis de l’entreprise aux autres, sera acteur des « commérages » sur les meilleurs collaborateurs lui permettant ainsi de restaurer un peu de son estime de lui-même et de semblant de place dans l’entreprise.

 

L’effet pervers de cette situation conduit à perturber les meilleurs éléments exposés ainsi eux-mêmes au stress et ses effets pervers, à des relations de travail visant à « leur mettre des bâtons dans les roues ».

 

 

  •  Le coût du turn over:

Le stress génère enfin un turnover important (souvent des meilleurs comme on a pu le démontrer plus haut) et ainsi des coûts induits de recrutement, formation, temps d’apprentissage du nouveau recruté, perte des savoirs.

 

 

Gagner en productivité grâce à Bodydiboo

  •  Instaurer le massage au bénéfice des salariés, améliore la productivité :

Suivant les recommandations de l’OMS, les gouvernements français, conscients des pertes économiques liées au stress dans les entreprises, ont récemment commandé différentes études à l’Observatoire Social International, au Centre d’Analyse Stratégique. Il en ressort que privilégier les actions d’amélioration du travail en entreprise a un effet économique bénéfique quantifiable et ainsi prioritaire.

 1 € investi dans un processus visant à développer davantage de bien être au sein d’une organisation, c’est de 3 à 15 € récupérés.

Soit investir 10 000 € par an dans le massage des collaborateurs revient à générer pour l’entreprise une augmentation du bénéfice de 20 000 à 140 000 € par an.

 

C’est ainsi que de plus en plus d’entreprises ont pris conscience de l’intérêt d’introduire des actions d’amélioration du bien-être de leurs salariés dans leurs stratégies.

 

De par son accessibilité et ses bénéfices immédiats, le massage est l’un des outils les plus intéressants dans ce contexte.

 

Ses bénéfices seront réellement optimum si le massage est instauré comme une action régulière auprès des salariés. Non seulement le stress des équipes s’en trouvera réduit (cf. l’intérêt économique développé plus haut), mais celles-ci se sentiront également valorisées, reconnues, par leur hiérarchie mettant ainsi en place, pour leur bien-être, une telle démarche.

 

L'exemple de la multinationale Google :

« Le stress est permanent. Le remède doit aussi l’être. » affirme V. Audigier de Google France, qui a instauré dans son entreprise des massages de 20 min réguliers au bénéfice de ses salariés. Il propose également des rendez-vous bien-être bimensuels d’1h autour du massage et autres techniques, ainsi que des participations financières à des séances de massage aux côtés du salarié en dehors du travail.

 

Les salariés perçoivent à 99% de manière positive l’instauration d’une démarche de bien-être par le massage dans l’entreprise. Lorsque les interventions sont récurrentes, après une phase de découverte et d’observation, les salariés se sentent de plus en plus à l’aise et acteurs dans la démarche.


  •  Bodydiboo vous propose des offres sur mesure:

Sur le temps de travail ou en dehors, sur le lieu de travail ou non, pris en charge à 100% ou non par l'entreprise ou le CE, adapté aux postures de travail des salariés ou générique contre le stress, moment de détente plein ou pause avant de reprendre le travail plus efficacement,  Bodydiboo s'adapte à vos contraintes et objectifs.

Des Bons cadeaux pour fidéliser vos meilleurs clients et collaborateurs 

avec un cadeau à forte valeur ajoutée pour le bénéficiaire, et des astuces prix pour l'entreprise. *

 

 *Pour en savoir plus sur notre offre "Cadeau malin", contactez nous.

 

Et bien sûr, des tarifs réservés aux pros. 


Sources : 

 INRS

 FFMBE.fr publications par R. Paulin « la souffrance au travail, le rôle du massage bien-être »

 Revue « la massagère » N°8, été 2011

 OSHA-EU étude juin 2011

 Marketing Magazine N°43 par G. Lombart 2010

 Cercle Stress In, coût du stress pourla société. Mars 2011

 Campagne europeenne ENWAP 2010.