Les bienfaits du massage scientifiquement prouvés.

« Les êtres humains ne peuvent survivre sans toucher, c’est un besoin comportemental fondamental. »  Ashley Montaigu, anthropologue.

 « Le médecin doit avoir l’expérience de beaucoup de choses et à coup sûr du massage » Hippocrate, père de la médecine

 

La peau est le plus grand organe du corps. Il comporte près de 600 000 capteurs sensoriels qui relient l’information jusqu’au cerveau lui permettant de réagir de manière adaptée face à un stimulus. Il saura envoyer au corps de l’adrénaline en cas de danger, de l’endorphine en cas de contact agréable, etc. Le toucher est le premier sens qui apparaît chez le fœtus et le dernier à disparaître avant la mort, démontrant son aspect primordial tout au long de la vie. France 2, « les pouvoirs extraordinaires du corps humain » 13/07/17.

 

Comme l’on fait attention à son alimentation, à son activité physique et à l’hydratation de sa peau, le massage devrait s’inscrire dans une démarche régulière d’hygiène de vie au service du maintien de la beauté et de la santé.

 



La reconnaissance récente de la massothérapie ancestrale


Le massage a prouvé ses bienfaits depuis la nuit des temps:

« Le toucher est probablement la plus ancienne forme de thérapie naturelle. Certains auteurs affirment qu’il fait partie de nos gênes tant le geste de porter sa main sur une zone sensible et de la frotter est inné chez les humains. »

  Le massage fait partie intégrante de la médecine chinoise vieille de 4000 ans et de la médecine ayurvédique en Inde, de l’hygiène quotidienne de vie en orient. Il se pratique en famille, de la naissance de l’enfant à la fin de vie. En occident, elle date de l’époque gréco-romaine, où elle s’inscrivait dans une démarche de soin et de bien-être au quotidien.


La spécificité du retard de l’occident :

A Rome, la massothérapie se pratiquait dans des lieux publics. Mais ils se sont transformés en lieu de débauche, ce qui a contribué à la mauvaise réputation du massage et en a fait la cible du courroux de l’Eglise. Cette dernière la proscrit, nous faisant perdre peu à peu la connaissance de ses bienfaits en Occident.

 

Ce n’est qu’au XIXème siècle que les scientifiques s’y ré-intéressent, comme Freud (essentiellement le massage des mains) pour accompagner le traitement des troubles psychiques ou Piorry qui fut le premier à entreprendre des recherches sur les bienfaits du massage sur la circulation sanguine et lymphatique.

 

Depuis les années 60-70, alors que la médecine moderne prend un grand virage technologique et pharmacologique, on assiste à la renaissance de la médecine holistique (c'est à dire qui tient compte de ses dimensions physique, mentale, émotionnelle, familiale, sociale, culturelle, spirituelle du patient) et des techniques de massage et de travail corporel.


Reconnaissance de la massothérapie aujourd’hui:

En Chine, Thaïlande et Inde, la massothérapie fait partie intégrante des pratiques quotidiennes de tous, mais aussi de la médecine. Elle est enseignée à l’école de médecine et bénéficie aux patients dans des services réservés ou intégrés dans les hôpitaux d’Etat.

 

En Afrique du nord, le massage fait partie du rituel de santé et beauté quotidien des hommes comme des femmes au cours du rituel du hammam.

 

Aux Etats-Unis, la reconnaissance de la profession date des années 40.

 

En Allemagne, la pratique est couverte par le régime de l’assurance maladie.

 

La France se trouve, comparée aux autres pays de l’Union Européenne, en retard et en contradiction avec les Directives européennes sur le Droit à la santé.

Achevant un processus initié en 2000, ce n’est qu’en 2016 que la loi de modernisation du système de santé a retiré aux Kinésithérapeutes le monopole d’utilisation du mot « massage » quand bien même elle leur maintien celui de l’affirmation du bénéfice thérapeutique du massage.

 

De part son efficacité et son innocuité, ses nombreux effets bienfaisants tant sur le plan individuel que collectif, la pratique des massages bien-être reçoit la faveur des français.


Les principaux bienfaits de tout massage bien-être


Les bienfaits du massage bien-être concrètement

 

Le renfort des défenses immunitaires :

Le massage BE améliore la circulation sanguine, détend les muscles, active la régénération cellulaire, joue un rôle important dans l’homéostasie : la capacité de l’organisme à maintenir constantes certaines conditions physiologiques, notamment celle des défenses immunitaires.

 La prévention et l'atténuation des Troubles Musculo-squelettiques

Le massage BE contribue à prévenir et atténuer les troubles musculo-squelettiques de par son effet anti-stress lui-même à la source de nombre de ces maladies, de par la relaxation et l’oxygénation des muscles qu’il apporte et de par la sollicitation des articulations.

 L'atténuation du stress et de ses conséquences toxiques sur l'organisme.

Le massage BE, par l’envoi d’un message sensoriel agréable au cerveau, libère de l’endorphine aux vertus anti-dépressives.

Le sommeil s’en trouve amélioré, les perturbations de l’appétit réduites, les angoisses apaisées.

Le stress conduit à une perte de concentration et de performance, l'accumulation de toxines, éventuellement troubles du fonctionnement de certaines fonctions organiques pouvant conduire à des maladies graves, vieillissement prématuré de la peau, réduction de l'espérance de vie, etc. Le massage BE, par son effet anti-stress, contribue à améliorer la vie présente et future de la personne qui se fait masser régulièrement.

 Le massage au service de la beauté

Le massage active la micro-circulation sanguine. Ainsi l’apport de davantage d’oxygène aux tissus permet au corps de "booster" ses capacités de régénération cellulaire. C’est par ce mécanisme de réparation des tissus et de prévention de leur dégénérescence que ce réalise l’effet anti-âge naturel du massage. La peau s’en trouve plus souple, plus saine, moins ridée.

 

Certaines techniques de massage BE, toniques et ciblés, peuvent remplacer ou compléter efficacement et de manière naturelle, non invasive, les techniques de chirurgie esthétiques et crèmes anti-âge * (*Pour approfondir, voir l'onglet "Les + Bodydiboo", massage Kobido anti-âge). Cet effet bien connu depuis des millénaires, a fait du massage le soin beauté privilégié des Geishas et impératrices en Asie comme en Egypte ancienne.

 

De plus, tout massage BE a un effet relaxant et ainsi anti-stress. Or le stress, en générant des toxines, détériore les capacités du corps au maintien de sa santé, à l’entretien de ses cellules etc. Le massage réduit ainsi les effets accélérateurs de la dégradation corporelle.

 

Le massage BE stimule également les réseaux lymphatiques et décolle les amas de graisses. Allié à son effet tenseur, il peut contribuer efficacement à un effet amincissant, tant en surface qu’en profondeur. Si la démarche beauté est prioritaire pour le massé, on utilisera des techniques toniques et drainantes pour accentuer ces effets du massage. (*Pour approfondir, voir l'onglet "Les + Bodydiboo", massage Balinais tonifiant & amincissant)

L’amélioration de l'échange social

Le massage active les récepteurs sensoriels qui permettent à l’individu de se situer dans son environnement. Il apaise les angoisses, ancre la personne dans la réalité de son vécu sensoriel et en lui-même, lui permettant de se détacher des représentations qui peuvent biaiser son rapport à l’autre et à l’image qu’il a de lui-même. Il contribue ainsi à améliorer la qualité des échanges avec autrui, la capacité à se remettre en cause dans une juste mesure, à être davantage créatif.

  Le soulagement et l’accompagnement dans de nombreuses pathologies

Pour en savoir plus, cliquez:

 


Objectifs de la massothérapie : renforcer les ressources du massé, mais pas de le soigner:

« La massothérapie englobe une panoplie de techniques.  Les principaux objectifs sont de favoriser la détente (musculaire et nerveuse), la circulation sanguine et lymphatique, l’assimilation et la digestion des aliments, l’élimination des toxines, le bon fonctionnement des organes vitaux et l’éveil de la conscience psycho-corporelle. »

 

Le masseur bien-être a comme intention et finalité le bien-être de la personne. Ses techniques, en l’absence de diagnostic et de traitement thérapeutique, ne s’apparentent en rien, ni dans les contenus ni dans les objectifs, à la pratique de la masso-kinésithérapie, ainsi qu’à toute pratique médicale.

 

Bien que le toucher soit impliqué dans ces deux types de pratiques, l’objectif du massage de la kinésithérapie est différent de celui du masseur bien être : le massage du kinésithérapeute consiste à réparer des membres et soigner des troubles ou des douleurs physiques. Il permet au patient de récupérer au mieux ses capacités physiques pour reprendre une vie normale autonome. Il se concentre sur les parties du corps lésées.

Le masseur bien-être quant à lui ne poursuit ni n’est formé à l’atteinte de cet objectif thérapeutique. Il prend le corps dans son ensemble, et ce n’est que par le bienfait inhérent au toucher et aux techniques mobilisées apportant le mieux être du massé, qu’il poursuit éventuellement un bénéfice indirect de renfort des ressources naturelles du patient pour lutter contre les dégradations des fonctions de son corps (stress, fatigue cellulaire due à l’âge ou au mode de vie, dépression, difficultés de digestion, cellulite etc)

 

 

En cas de pathologie, le massage ne peut s’exercer qu’avec l’accord du médecin et ne constitue qu’une action de support.


 

 

Sources: 

  Passport santé. Net, doctissimo.fr, 

  FFMBE.fr, 

  Legifrance.fr : Loi de modernisation du système de santé 2016-41 parue au JO le 26 janv.2016 modifiant le Code de la Santé publique

  Revue Les Grands dossiers des sciences humaines N°20, FFMBE.fr publications